Retour à la page précédente

IMMEUBLE DE BUREAU STACCATO

KAELL ARCHITECTE
JIM CLEMES ASSOCIATES

Catégorie

Architecture non résidentielle

Classement

Participant

Edition du LAA

2019

AUTEUR(S)

KAELL ARCHITECTE

JIM CLEMES ASSOCIATES

AVEC

AuCARRE
Goblet Lavandier & Associés, Ingénieurs Conseils
CHRISTINE RUPP-STOPPEL

Maître d'ouvrage

D'ALTRA

Année de fin

2019

Localisation (ville)

Luxembourg

Description

Lauréat d’un concours d’architectes, l’immeuble de bureaux STACCATO s’inscrit dans une fenêtre constructible prédéfinie et s’érige en toute élégance sur cinq étages au coin de la rue Érasme et du boulevard Konrad Adenauer à Luxembourg-Kirchberg.

L’enveloppe extérieure est filigrane et composée de fines stèles en béton de teinte beige. Cette dentelle arythmique se détache visuellement de l’enveloppe structurelle et thermique et confère une apparence légère et homogène à l’ensemble.

Sur le socle, au coin des deux rues, les stèles en béton s’élancent sur deux étages pour une apparence plus élancée, devant l’entresol et le premier des quatre plateaux de bureaux.

L’accueil au public est situé à cet entresol lumineux de quatre mètres sous plafond, qui fait un lien en toute transparence entre la rue Erasme et son jardin planté de graminées, de vivaces, de conifères et d’arbustes.

Un escalier sculptural de forme hélicoïdal fluide, d’une teinte sombre et douce rappelant un marron, est doté des marches en terrazzo clair, et illuminé par une coupole circulaire à sa verticale, mène vers les étages.

Afin de faire cohabiter jusqu’à neuf locataires, les plateaux s’appuient uniquement sur un noyau central, dégageant de cette manière un grand espace ouvert, peint en gris clair, entièrement sans poteaux, illuminé sur le pourtour par une rangée continue de fenêtres.

La structure de l’enveloppe interne est organisée sur une trame de quatre mètres, tandis que la façade vitrée est rythmée sur une trame d’un mètre. Ainsi, les plateaux sont divisibles en modules de bureaux de toute taille, du bureau individuel au bureau paysager.

Cet open-plan structurel, couplé à la régularité des ouvertures en façade, et le faux-plancher technique, permet une flexibilité maximale d’un point de vue de l’agencement interne.

De grandes baies vitrées plain-pied, deux par palier, permettent aux occupants de s’avancer au ras de la façade. Ce geste architectural incite le locataire de planifier son agencement intérieur en accord avec son espace, en lien direct avec le domaine public.

Les circulations verticales communes à tous les étages - le grand escalier hélicoïdal, deux ascenseurs et l’escalier de secours - forment le noyau central, qui sert de contreventement au bâtiment.

Les deux ascenseurs sont adossés avec leur face vitrée à un vide commun ou des stèles, rappelant la façade, forment un paysage sculptural, qui fait d’un acte anodin, une aventure.

L’immeuble repose sur deux sous-sols, un pour le parking avec une rampe commune avec l’immeuble voisin et un étage pour les archives et la technique.

Certifiée BREEAM et de classe B, le bâtiment est doté de dalles en béton activé - refroidies et chauffées par un système de puits géothermiques. Il est énergétiquement autonome.